Origine d’Aïd-el-Kébir

 

L’Aïd-el-Kébir, aussi nommée Aïd-el-Adha, c’est à dire « la Fête du sacrifice », est l’une des célébrations les plus importantes liées à la foi musulmane. Il s’agit d’une commémoration de la soumission d’Abraham (Ibrâhîm en arabe) à la volonté de Dieu lorsque celui-ci lui demanda de sacrifier son fils Ismaël.

 

Certaines interprétations considèrent qu’il s’agit plutôt d’Isaac, le Coran ne mentionnant pas le nom du fils.

 

Alors qu’Abraham était sur le point d’égorger l’enfant, l’Ange Gabriel le remplaça par un mouton. En souvenir de cet épisode biblique, chaque famille musulmane devait sacrifier un animal, traditionnellement un mouton ou un bélier, mais parfois aussi une vache ou une chèvre.

Célébration d’Aïd-el-Kébir

 

Aïd-el-Kébir est une célébration principalement familiale. Toute la famille revêt ses plus beaux vêtements à cette occasion. Le jour de Aïd-el-Kébir, un soin particulier doit être apporté aux ablutions du matin avant la prière, qui est particulièrement sacrée ce jour-là.

 

Ensuite, vient le sacrifice du mouton. Le sacrifice devra être accompli selon les rites par le chef de famille. Une partie du sacrifice devra être offert à des nécessiteux. En ce jour de fête, les enfants reçoivent des cadeaux, des nouveaux vêtements.

La bête à sacrifier ne doit pas être tuée, ni même assommée, avant la saignée, qui doit se faire avec un couteau parfaitement effilé et sans exercer la moindre pression, en coupant la trachée-artère et l’oesophage.

 

Selon la loi islamique, c’est au chef de famille, qui peut déléguer à un sacrificateur reconnu, d’accomplir la tâche sacrificielle, le mouton couché sur le flanc gauche, la tête tournée vers La Mecque. Il ne peut opérer qu’après la prière de l’Aïd, qui se déroule environ vingt minutes après le lever du soleil, suivie d’un prêche de l’imam.

Aïd-el-Kébir peut se pratiquer à distance

Le Secours Islamique France s’engage à respecter pleinement le souhait du donateur en sacrifiant un animal entier, en l’occurrence un mouton ou l’équivalent en bœuf, chameau… selon la spécificité du pays.

 

Il s’agira alors, pour vous, d’effectuer un don (voir grille tarifaire par pays ci-dessous) et de formuler intimement l’intention de nous charger d’effectuer le sacrifice à votre place. Ce sacrifice est fait conformément à la tradition islamique, tant dans le choix de l’animal qu’au niveau de l’immolation. La bête est immolée en votre nom par procuration (Al Wakala).

 

Les colis de viande (ou repas selon le cas) sont préparés et distribués aux bénéficiaires identifiés comme vulnérables.

L’an dernier, plus d’un demi-million de personnes ont bénéficié des colis de viande.

LE SACRIFICE N’EST PAS OBLIGATOIRE DANS LA RELIGION ET AUCUN DIEU N’A LE DROIT DE L’IMPOSER !

LE SACRIFICE PEUT ETRE REMPLACE PAR UN DON AUX PAUVRES.

 

De nombreuses villes de France seront encore en infraction avec la législation cette année en laissant égorger des moutons dans les rues, à même le sol, le sang coulera à flot. C’est animaux arriveront la veille dans la nuit pour être livré en en douce, seront jetés au fond des caves sans pitié pour être égorgés le lendemain.

Une commune du Nord laisse impunément faire la chose et va même jusqu’à déposer des bennes pour les peaux…

LE 15 OCTOBRE, DES MILLIERS DE FREREs MOURONT DANS D’EXTREME SOUFFRANCE

(inspiration Baptiste Placé)

Antony

Leave a Reply

Your email address will not be published.