Car le lion, l’éléphant, le zèbre sont des mammifères tout comme vous et moi. Des êtres vivants qui ont le droit au respect.

L’être humain a des besoins physiologiques : de manger, se loger, se reproduire…

Des besoins sociaux : rapport familiaux, amicaux, associatifs…
Des besoins d’estime : être reconnu comme une propre entité au sein d’un groupe.

Pour les animaux, c’est exactement la même chose. Que ce soit le lion, l’éléphant, le zèbre, ils ont besoin de chasser, de parcourir des dizaines de kilomètres pour se nourrir, de se reproduire, d’être aussi une propre entité au sein du groupe. Les enfermer entraine de graves séquelles psychologiques, tic de l’ours (balancement de la tête), mutilation, refus de se nourrir…

Quel mammifère souhaiterait vivre 365 jours par an en cage ? Si, nous enfermons certains humains derrière les barreaux, c’est qu’ils ont été condamnés et ont commis un crime.

Quel crime a commis l’animal ? D’être un animal, « inférieur » à la puissance et de l’égaux de l’homme.

L’éléphant a des besoin dont on le prive en le séquestrant : La peau de l’éléphant est d’une épaisseur d’environ 2 cm30. Cette peau est fragile du fait de la présence de plis où viennent se loger des parasites. Il n’y a pratiquement pas de poils, et il n’y a ni glande sudoripare, ni glande sébacée. De ce fait, leur peau est sèche, c’est pour cela qu’elle doit être souvent humectée à l’aide d’eau projetée par la trompe ou couverte de poussière ou de boue également projetée par leur trompe.

Est-ce sous le chapiteau d’un cirque qu’il trouvera son eau ou la boue ?

Surement pas, car on donne à boire aux éléphants que le matin très tôt et le soir après la dernière représentation, la raison ? Ca ne serait pas joli si un éléphant venait à inonder la piste.

Est-ce que vous aimeriez qu’on vous empêche de boire toute la journée en vous laissant attaché sur des calbotis de bois sous un chapiteau ? Malheureusement, c’est la triste réalité des éléphants, nos frères mammifères a qui ont a volé la liberté.

Quelle mère aimerait qu’on lui retire son enfant après 6 mois d’allaitement ? Pourtant c’est ce qu’il arrive à la maman éléphant, on lui vole son enfant avant la fin du sevrage afin de le dresser plus facilement, par dressage, je veux plutôt dire le maltraiter : humiliation, privation d’eau et de nourriture, coups, enchaînement, nuisance sonore voilà ce que va subir notre petit éléphant.

On lui demandera de faire des numéros contre nature :

De se coucher : pour cela on attachera des câbles aux membres antérieurs et postérieurs, ces câbles seront attachés à des tracteurs qui tiront quand l’esclavagiste en donnera l’ordre.

De se mettre sur les pattes arrière : L’éléphant est animal pesant plusieurs tonnes, il a des articulations extrêmement fragiles et cette posture est préjudiciable.

De s’assoir : A chaque fois qu’un éléphant s’assoit, il risque la mort. Il reçoit une pression excessive sur le diaphragme qui peut causer une hernie.

Aujourd’hui dans le monde et en Europe, nombreux sont les pays ayant interdit les cirques avec animaux sauvages. Il a été reconnu que les numéros demandés aux animaux sont contre nature, que la séquestration est un acte de maltraitance mais la France continue d’autoriser cela. Comment est-ce encore possible ?

Très tôt, j’ai compris de moi-même que l’animal était mon semblable, mon frère et à 12 ans j’ai décidé de ne plus le manger mais de le défendre. Pourquoi un enfant de 12 ans peut comprendre cela quand les adultes voient que le profil et la domination.

Mais avant cela, plus petit, mes yeux brillaient quand j’allais au cirque. Je voulais même être dompteur pour pouvoir vivre avec animaux. Je le répétais toujours à mes parents, plus grand je travaillerais dans un cirque pour vivre avec les animaux. Quand, on a 5 ans on voit que les strass et les paillettes. Et, je n’ai pas eu la chance que mes parents m’expliquent la réalité, heureusement, je l’ai découvert très vite et je me suis formé seul.

Aujourd’hui mon combat est de faire ouvrir les yeux au monde pour que tout cela cesse car les animaux ne nous appartiennent pas ainsi que la terre. Nous devons y cohabiter sans se nuire.

Antony

Président de CAN

Leave a Reply

Your email address will not be published.