Un rappel de circonstance qui surprendra peut-être beaucoup d’entre vous : le lapin n’est pas un rongeur.
Le lapin est classé dans l’ordre des lagomorphes.
Les rongeurs sont caractérisés par une mâchoire se déplaçant d’avant en arrière et par la possibilité de tenir la nourriture à l’aide des pattes antérieures. Or la mâchoire des lapins fait des mouvements circulaires.
– Embranchement : Des vertébrés
– Classe : Mammifères
– Sous-Classe : Euthériens ou placentaires
– Super Ordres : Des Glires
– Ordre : Lagomorphes
– Famille : Léporidés
– Genre : Oryctolagus
Il existe un grand nombre de races avec une variété de couleur, de type de poils ou de taille, mais elles sont toutes originaires du lapin sauvage.
Certaines de ces races sont issues de croisement et d’autres, de mutations apparues dans une portée.
Une race issue d’un croisement est effectuée sur plusieurs générations et donc sur plusieurs années afin de présenter les caractéristiques désirées.

Les lapins nains

Ce nom (nain) peut prêter à confusion car il existe deux types de races naines.
La première, qui est obtenue en réduisant le volume d’une race et la seconde qui est une véritable forme de nanisme (comme on le retrouve aussi chez les humains).
Le lapin hérite soit du gêne de nanisme de l’un de ses deux parents. soit ce gêne de ses deux parents et dans ce cas il est fort probable que celui-ci meure dans les quelques jours.
Voici une liste de quelques races naines reconnues : Bélier nain, Angora Nain, Hermine, Nains de couleur.
On retrouve pour les autres races : Alaska, Angora, Argenté de Champagne, Bélier, Chinchilla, Hollandais, Tête de lion et bien d’autres encore.

Caractéristique des lapins nains

Les lapins nains ont pour caractéristique physique :
– un corps trapu et cylindrique
– une tête en forme “d’oignon”
– de grands yeux proéminents
– des oreilles courtes.
Depuis quelques années, on voit de plus en plus souvent (dans les animaleries surtout) de tous petits lapins deux fois plus chers que les lapereaux dits nains.

Les lapins extra-nains 
Ils sont particulièrement craquants avec leur mini frimousse attendrissante, mais attention, il y a un revers à la médaille, ils sont plus fragiles au niveau santé, vivent moins longtemps et une fois adultes, ce sont des lapins à peine plus petits que les lapins nains.

Pourquoi autant d’appellations différentes ? 
Ils sont appelés par des noms évocateurs comme “lapin toy”, “lapin maxi nain”, “lapin extra nain” etc.
En fait, ils ne représentent pas une race de lapins reconnue et classifiée, alors les vendeurs peuvent les appeler comme ils veulent.

Pourquoi sont-ils plus chers ?
Les animaleries vantent le fait que ce sont des lapins qui restent toujours petits, d’où leurs noms évocateurs.
En fait, il n’en est rien, le lapin va grandir et ne restera pas tout petit. En fait, le prix s’explique juste parce que c’est la mode de la miniaturisation des objets comme des animaux ! Et tout ce qui est à la mode coûte plus cher !

Des lapins encore plus fragiles 
Les lapins dits “extra nain” sont le phénomène du nanisme poussé à l’extrême, il s’agit en fait de lapins nains parmi ceux de plus petites tailles croisés ensemble pour avoir des jeunes lapereaux toujours plus petits.
Suite aux manipulations génétiques pour obtenir les différentes races de nain, on sait déjà que les lapins nains sont plus fragiles et vivent moins longtemps que les lapins de ferme. Cette nouvelle manipulation de l’Homme a rendu les lapins dits “toys” encore plus fragiles que les lapins nains avec eux aussi une espérance de vie plus courte : 6 ans en moyenne pour un toy, 7 ans pour un nain et 10 ans pour un lapin de ferme.
Outre leur longévité de vie plus courte, ils ont plus souvent des problèmes de dentition : malocclusion liée à une trop petite mâchoire ou des dents fragiles car elles aussi sont plus petites et donc moins volumineuses et denses, elles peuvent plus facilement se feler ou se casser en cas de choc ou s’il ronge ses barreaux de cage avec insistance.

Il s’agit d’une arnaque 

La pratique dangeureuse pour le lapereau est devenue malheureusement courante en animalerie, elle consiste à présenter comme lapins “toys” ou “extra nain” des lapins nains très jeunes de 5 à 6 semaines, qui ont été sevrés brutalement et séparés trop tôt de leur mère, qui n’a pas non plus eu le temps de les éduquer.
Un lapereau nain est adoptable au plus tôt à 8 semaines, c’est à cet âge qu’il est mur physiquement et mentalement pour être séparé de sa maman lapin.
Il en résulte, pour les lapereaux vendus extra nain, une plus grande fragilité physique que l’animal trainera toute sa vie, dû au sevrage trop rapide et brutal. Ils peuvent aussi développer des troubles du comportement parce que leur mère ne leur aura pas appris les limites et à se comporter comme un lapin.
Une fois adulte, le lapin sera de la taille d’un lapin nain.
Il n’y a aucune réclamation possible auprès du magasin puisqu’il ne s’agit pas d’une race, il n’y a donc aucun critère de taille et de poids répertorié !
Une astuce pour ne pas vous faire avoir : la taille des oreilles, véritable indicateur de la future taille du lapin une fois adulte. Plus elles sont longues comparées au reste du corps, plus le lapin sera grand adulte. Cette astuce ne fonctionne pas pour les lapins Béliers.
Petites oreilles comparées au reste de sa tête, le lapin sera petit, probablement nain
Grandes oreilles comparées au reste de sa tête, le lapin sera grand, en tout cas surement plus grand qu’un lapin nain.
Donc, réfléchissez bien avant de craquer pour ce genre de lapins dits miniatures, dites vous qu’il s’agit d’un piège et qu’il en faut pas alimenter une telle pratique qui ne se fait que parce qu’il y a une demande.

Crottes de lapin et caecotrophes

Crottes de lapin 

Elles sont de formes rondes, sèches, dures et peu odorantes.
Il s’agit des déchets fibreux de l’alimentation du lapin. Soucieux de la propreté de son espace de vie, le lapin les fait généralement toujours dans le même coin précis de sa cage ou de son enclos.
Elles peuvent changer légèrement de grosseur et de couleur en fonction de ce que la lapin a mangé.
Attention, lorsqu’elles deviennent plus rares, plus petites, moins rondes, plus applaties ou ovales, ou encore rattachées entre elles par un filet de poils, ce n’est pas normal, c’est un signe de ralentissement du transit.
Dans ce cas, le lapin doit recevoir rapidement des soins prescrits par un vétérinaire, car ça ne s’arrangera pas tout seul.
De la même façon, lorsqu’elles deviennent plus liquides, molles, plus odorantes, c’est signe d’une irritation du transit intestinal ce qui entraine une diarrhée plus ou moins importante.
Pareil ce n’est pas normal, il faut mettre le lapin au foin et à l’eau (additionnée pour bien faire d’un régulateur intestinal) pendant 24 h et si aucune amélioration, il faudra consulter rapidement un vétérinaire.

Les caecotrophes 

Ce sont des excréments parce qu’elles sortent de l’anus du lapin mais il s’agit en fait d’une pate nutritive que le lapin ingère dès sa sortie de l’anus, par conséquent il n’est pas normal de voir des caecotrophes. C’est alors un signe de déséquilibre alimentaire ou de maladie.

Comment ça marche ? 
Les herbivores ont un système digestif plus complexe que celui de l’Homme ou des carnivores, tels les chiens ou les chats.
En effet, la cellulose qui est le constituant de base des végétaux n’est pas du tout assimilable par l’organisme comme la viande l’est pour un humain ou un chien.
La cellulose doit être dégradée au préalable par des bactéries présentes dans les intestins (c’est la flore bactérienne, spécifique à chaque espèce). Les bactéries vont manger la cellulose et produire en échange des nutriments directement assimilables par les intestins.
Ce processus demande un certains temps et ne se produit que dans une poche bien spécifique dans l’intestin du lapins, appelée le caecum.
Ce sont les bactéries présentent dans le caecum qui produisent un contenu pateux et nutritif. C’est cette pâte nutritive, riche en vitamine B et protéines, se se présentant sous forme de petites crottes molles et luisantes, à l’odeur fortement nauséabonde et en forme de grappes, qu’on appelle des caecotrophes.
Le caecum étant situé à la fin du tube digestif, le trajet restant avant la fin des intestins et trop court pour que les nutriments puissent être absorbés. Le lapin s’est donc adapté en allant recueillir directement le caecotrophe dès qu’il sort de l’anus et l’avale directement afin de le digérer à nouveau.
On ne voit généralement pas de caecotrophes dans la cage ou l’enclos de son lapin car il est sensé les absorber au fur et à mesure de leur apparition.
L’accumulation de caecotrophes visibles dans l’espace de vie du lapin ou qui s’accumule autour de son anus, se collant à ses poils n’est pas normal. On peut confondre à tord avec une diarrhée alors que c’est plutot le signe d’un régime alimentaire inadapté (trop de céréales, trop de friandises….)

Idées recues sur le lapin

On peut porter un lapin par les oreilles. C’est faux
On ne doit jamais porter un lapin par les oreilles. Non seulement ça lui fait mal mais en plus vous pouvez lui causer un traumatisme au niveau des oreilles. Les oreilles ne sont pas adaptées pour supporter le poids du lapin.

Le pain dur est bon pour le lapin et l’usure de ses dents. C’est faux
Le pain dur n’a absolument aucune fonction sur les dents du lapin. Au contraire le pain dur est mauvais pour le lapin. Une fois émietté par les incisives et mélangé à la salive, il n’a aucune capacité abrasive pour l’usure des molaires et prémolaires qui continueront à pousser. Autant lui donner une cuillère de yaourt ça revient au même.
Le pain dur est très mauvais pour l’intestin du lapin. Il n’a aucune fibre, il est très riches en hydrates de carbone et favorise l’altération de la flore bactérienne intestinale.

Leave a Reply

Your email address will not be published.