PUBLIÉ LE 22/04/2015 – MIS À JOUR LE 22/04/2015 À 19:28

PAR CATHY GERIG

Un bras de fer oppose la Cause animale Nord et un propriétaire de chevaux. Après un dépôt de plainte pour mauvais soins, l’avocate de l’association a lancé un référé auprès du procureur dans le but de faire retirer de façon préventive des chevaux et des moutons qui manqueraient de soins

Tout a débuté jeudi dernier. Ce jour-là, la Cause animale Nord est appelée à la rescousse. À Ghyvelde, une jument rencontre des difficultés pour pouliner. L’association fait intervenir un vétérinaire. Mal positionné, le poulain ne peut pas être extrait. La jument, trop faible, est finalement euthanasiée. « Pour abréger ses souffrances », lâche Antony Blanchard, représentant de Cause animale Nord. Comme la vétérinaire intervenue en urgence, il décrit une jument cachectique, photos à l’appui. En clair, elle souffre d’un affaiblissement profond de l’organisme lié à une dénutrition très importante. L’association attribue cet état à un manque de soins et porte plainte « pour sévices graves et actes de cruauté envers un animal ».

Le propriétaire de la jument parle d’une intoxication au séneçon de Jacob. « Elle touche le foie des animaux et provoque un amaigrissement, même quand ils mangent beaucoup », vulgarise-t-il. Si généralement les chevaux évitent d’en ingérer, il assure que sa jument a fini par en manger, comme certains autres de ses compagnons de pré.

Une procédure de référé lancée

Une quinzaine de chevaux, appartenant à plusieurs propriétaires, se partagent plusieurs dizaines d’hectares sur le secteur de la dune fossile, à Ghyvelde. Un terrain sablonneux peu propice, selon Antony Blanchard, à nourrir des bêtes. Le propriétaire de la jument morte met sur le compte de l’âge la perte des rondeurs propres aux chevaux de la race haflinger. Bref, quand l’une des parties dit blanc, l’autre dit noir. Et sur le terrain, les avis aussi sont très partagés.

Reste que l’avocate de l’association a lancé une procédure de référé auprès du procureur de Dunkerque. « L’article 99.1 du code de procédure pénale permet de confier les animaux à une association de protection pour qu’elle s’en occupe dans l’attente de l’issue de la procédure judiciaire », explique Me Aurélia Planque, du barreau de Lille. En cas de saisie, des moutons aussi pourraient être enlevés, pour les mêmes motifs.

Le conseil départemental étudie le dossier

Un contrat lie le conseil départemental (ex-conseil général) du Nord à l’association Cheval nature, à laquelle appartient le propriétaire de la jument euthanasiée, dans le cadre de la garde équestre.

Informé de la plainte de la Cause animale, de son intention de se constituer partie civile et du référé demandant la saisie préventive des animaux, le Département étudie le dossier, avant de décider de l’attitude à adopter.

 

La voix du nord

Leave a Reply

Your email address will not be published.