En France, chiens et chats ont pour obligation d’être identifiés qu’ils soient ou non cédés à titre onéreux ou gratuitement. Par puce électronique, tatouage… ou les deux à la fois.

Chez les chiens, l’identification est obligatoire dès l’âge de quatre mois (quelque 60% de chiens ne seraient pas identifiés). Chez les chats, la proposition de «simplification et d’adaptation du droit» votée par l’Assemblée nationale en février 2011 a rendu obligatoire leur identification. Ainsi, tous les chats nés après le 1er janvier 2012 et âgés de plus de 7 mois doivent donc désormais être identifiés (80% d’entre eux ne le sont pas).
Chiens et chats peuvent être identifiés par tatouage au dermographe (un acte vétérinaire réalisé sous anesthésie) à la pince – réalisé par un tatoueur agréé, comme c’est le cas de certains éleveurs, une méthode qui est de moins en moins pratiquée – ou bien encore par puce électronique. Appelée aussi transpondeur, celle-ci est implantée par le vétérinaire, sans anesthésie, sous la peau, au niveau de la jugulaire gauche.

Plus de puces, moins de tatouages

De nos jours, la puce remplace de plus en plus le tatouage. Chez les chiens, entre 2007 et 2011, le nombre d’identifications annuelles par tatouage a diminué d’environ 150.000 alors que celui des identifications par puce électronique a progressé d’environ 160.000. En 2001, 640.916 chiens ont été identifiés par puce , contre 111.588 par tatouage.

Les propriétaires qui souhaitent voyager avec leur chien ou chat ( mais aussi leur furet ) dans la communauté européenne doivent avoir fait identifier leur animal par l’un des modes existant. Mais dans le cadre des échanges intracommunautaires, il existe toutefois des exceptions: certains pays n’acceptent que l’identification électronique par puce. C’est le cas de l’Irlande, de Malte et du Royaume-Uni.
L’identification des chiens et chats sera aussi exigée si l’animal est déposé en pension ou bien encore si le maître souhaite le faire participer à des expositions de beauté. Les propriétaires de chiens dit «dangereux» tels que définis par la loi de janvier 1999 doivent pour leur par fournir le justificatif de l’identification de l’animal en cas de contrôle.
De même, l’identification sera réclamée si le maître souhaite souscrire une assurance santé animale pour son compagnon, chien ou chat. Cet acte peut être financé en partie par le forfait prévention contenu dans certaines formules d’assurance chien et chat. A noter qu’un chien tatoué pourra «recevoir» une puce, les deux modes n’étant pas incompatibles.

Un système évolutif

Un lecteur d’insert permet la lecture du numéro de la puce afin de savoir à qui appartient le chien ou le chat ; cela peut lui éviter l’euthanasie en application des réglementations sanitaires.
Il n’est pas exclu qu’à l’avenir la puce évolue afin, par exemple, de contenir d’autres types d’informations. Comme celles concernant notamment la santé de l’animal ( la puce atteste déjà de la validité du vaccin antirabique ).
Enfin, il existe dans le commerce des chatières ( pour chats et petits chiens ) dont l’ouverture se fait automatiquement par reconnaissance de cet implant… Idéal pour filtrer les entrées d’animaux dans une maison!

Leave a Reply

Your email address will not be published.