On finit par ne plus pouvoir vivre sans chat, alors, on en adopte un ! On travaille toute la journée, et on est persuadé que notre chat s’ennuie dans la journée, alors, après mûre réflexion, on prend un second chat pour lui tenir compagnie.
Après quelques jours de crachouillis, ils deviennent inséparables, tellement adorables blottis l’un contre l’autre dans le panier !
Un beau jour, un chat errant passe devant la porte fenêtre, et nos 2 chats commencent à se battre entre eux… impossible de les laisser face à face sans que cela crache, feule, griffe… Obligé de les séparer tout le temps, ce n’est pas pratique, et on regrette le temps où nos chats vivaient ensemble dans le même panier…
Bien sûr, ce n’est qu’un exemple, mais tellement de fois mes oreilles ont entendu cette histoire !
Le chat, cet animal solitaire
Nous avons tendance à humaniser nos chats, et c’est bien normal. On pense qu’ils pensent que… mais on pense bien souvent à côté de leurs pensées profondes…
95% des chats préfèrent s’ennuyer seuls que de devoir supporter un « copain ». N’oublions jamais que le chat est un animal solitaire ! Il a certes besoin de rencontrer ses congénères à l’état « sauvage » afin de communiquer avec les autres, ou de reproduire, mais sorti de là, il n’en a vraiment pas besoin, ni même envie !
Quand nous apportons le petit dernier à la maison, le chat va le tolérer pour nous faire plaisir, se rapprocher de l’autre, uniquement parce que ses humains le font entre eux. Mais dès qu’une occasion de se battre est donnée, alors, les chats foncent et il est bien souvent difficile de les faire cohabiter à nouveau… surtout si on les a séparés par peur que ça tourne mal !
On remarque ce phénomène dans les communautés de 2 à 3 chats, au-delà, c’est plus « cool », les choses passent toutes seules.
La présence d’un étranger, d’un intrus
Bien souvent, il s’agit d’un chat étranger qui laisse son odeur, ou encore d’un de la maison qui fugue, ou qui revient d’un séjour vétérinaire. Difficile de pouvoir être sûrs que la réintégration du chatparti se fasse simplement, surtout si la hiérarchie n’est pas clairement établie !
De même un chat mâle qui cohabite avec d’autres mâles entiers aura des soucis au retour de saillie, à cause des odeurs de la femelle, et des hormones qu’il dégage. S’il se plie à la soumission face aux autres, tout ira bien, sinon, on peut assister à un clash…
On constate aussi qu’avoir un nouveau chat quand on en a déjà 3 ou 4, voire plus, est plus facile qu’avec 1 ou 2… et c’est bien normal ! Le nouveau ne peut pas se permettre de se mettre tout un clan à dos ! Il va donc se plier aux règles, ne pas faire de vagues, et copiner avec tout le monde. De même, si plus de 3 ou 4 mâles entiers sont ensemble, un retour de saillie se passera sans heurts.
Il est donc plus simple parfois de n’avoir qu’un chat, pour son bien-être, ou plus de 3 pour le nôtre. Mais il est sûrement plus difficile de faire cohabiter 2 chats dans la plupart des cas.
Quelles solutions ?
Il y a toujours des exceptions, des chats jamais séparés depuis leur petite enfance, et pourtant, ce seront les plus délicats à rabibocher si jamais un intrus pointe son museau !
Il faut savoir qu’en cas de mésentente soudaine, une thérapie a 50% de chances de fonctionner, les phéromones en spray en ont 10% et le reste du temps il faudra les séparer ou en placer un carjamais ils ne voudront revivre sereinement ensemble !
De même si un nouveau chat arrive à la maison et qu’il y a bagarre immédiate, et violente, ils ne se supporteront jamais.
Alors, avant de décider de prendre un compagnon pour Minou qui s’ennuie ferme toute la journée, réfléchissez bien à toutes les possibilités et préparez toujours l’arrivée d’un nouveau chat un mois à l’avance, avec les fleurs de Bach qui s’imposent, et un transfert olfactif des 2 côtés.

Leave a Reply

Your email address will not be published.