Il est toujours bon d’avoir sous la main les éléments essentiels pour soigner un rongeur. On ne sait jamais quand on en aura besoin, et si votre rongeur tombe malade un soir ou un week end, aller se procurer ce qu’il faut peut être compliqué. Il vaut donc mieux prévoir et préparer à l’avance ce qui vous sera utile en cas d’urgence.

Ce qui est indispensable

Des compresses (de préférence quelques compresses stériles et d’autres non stériles) pour pouvoir désinfecter une plaie ou nettoyer la peau.
Un désinfectant, type bétadine ou n’importe quel produit à base de chlorexidine. Préférez les flacons que les sprays.
Des petites dosettes de sérum physiologique pour pouvoir nettoyer les yeux ou le nez en cas de saignement ou de sécrétions.
Une seringue sans aiguille, de petite taille pour administrer du lait, du yaourt ou des aliments mixés en cas de problème de diarrhée ou de problème à la machoire.
Un petit papier avec le numéro de téléphone pouvant vous fournir le numéro du vétérinaire de garde. Certaines cliniques mettent les coordonnées du véto de garde sur leur répondeur. Dans certaines communes, vous pouvez aussi appeller la mairie. Bref, il faut que vous puissiez trouver rapidement le nom et le numéro du vétérinaire de garde. On néglige souvent cette précaution mais elle peut vous faire gagner des minutes précieuses voir vitales.
Pour cet “indispensable”, allez à la pharmacie, ça devrait vous coûter entre 5 et 10€.

Ce qui est moins important mais qu’il vaut mieux avoir
Un produit qui aide à la digestion, les diarrhées étant souvent fatales chez les rongeurs. Ces produits se trouvent en animalerie, souvent sous forme de gouttes à mettre dans l’eau.
Des vitamines à mettre dans l’eau également, en cas de faiblesse passagère.

Les zoonoses 


Définitions :

Le terme zoonose est issu des mots grecs, zôon pour animal et nosos pour maladie. Ce terme est employé pour les maladies qui sont transmises de l’animal à l’homme et inversement. Lorsque les maladies se transmettent uniquement de l’animal à l’homme le terme est plus spécifique, c’est l’anthropozoonose.
La transmission des maladies de l’animal à l’homme existe, ce serait une utopie que de l’ignorer. Mais la plupart de ces maladies seraient évitées si l’on respectait l’animal et les règles d’hygiène. Les personnes les plus exposées à ce risque sont les bébés, les nourrissons, les enfants en bas âge, les malades dont les défenses immunitaires sont affaiblies et les femmes enceintes.
La plupart de ces maladies sont rares en France, leur fréquence augmente chez les personnes les plus exposées comme les personnels de laboratoire en contact avec des animaux et les personnels d’animaleries en contact aussi avec les animaux. La fréquence est augmenté chez ce genre de personnes parce le nombre d’animaux présents est plus important que chez le particulier.
La plupart des maladies se soignent bien à condition de consulter son médecin et de ne pas laisser traîner une blessure qui ne se soigne pas.
Il est tout aussi important de consulter son vétérinaire

Les transmissions :

Les modes de transmission sont : les morsures, les urines, les griffures, les défections, et plus rarement la litière.

Les recommandations :

Une règle d’or : le lavage des mains, c’est une des barrières les plus efficace pour éviter tout risque de transmission. Mais des fois ça ne suffit pas. Les principes de précautions sont des recommandations qui ne coûte rien mais qui évitent bien des tracas :

En général :

Nettoyer et changer régulièrement la litière.
Changer et nettoyer la cage dans un endroit aéré.
Eviter de vous mettre au dessus de la litière quand vous la videz.
Pour les personnes plus sensibles (asmathiques, allergiques, femmes enceintes), mettre des gants et un masque. Si c’est possible, faites faire le nettoyage par quelqu’un d’autre.
Se laver les mains après avoir nettoyé la cage.
Se laver les mains avant et après avoir manipulé un animal malade.

Pour les plus jeunes :
Ne pas les laisser jouer avec la litière.
Ne pas les laisser manipuler un animal sans la surveillance d’un adulte.
Ne pas les laisser toucher à un animal malade.

Pour tous, en cas de morsure ou griffure :
Ne pas se lécher la plaie(surtout pour les plus jeunes qui le feront d’instinct). Laver la blessure à l’eau savonneuse(savon de Marseille par exemple), rincer abondamment et désinfecter avec un antiseptique.
Surveiller la blessure, si la douleur est disproportionnée ( plus intense qu’elle ne devrait) que la blessure devient rouge inflammatoire, consulter votre médecin.
Si des signes de fatigue, grippaux apparaissent une dizaine de jours après la blessure, consulter votre médecin et avertissez le de la blessure. Votre rhume n’a peut-être rien à voir avec la blessure mais en étant averti, il pourra mieux orienter son diagnostic.

En cas d’atteinte parasitaire ou champignon :
Eviter de manipuler votre animal
Ne pas le sortir de sa cage pendant toute la période du traitement
Ne pas laisser les enfants en bas âge s’approcher de la cage
Traiter tous les autres animaux présents
Pour certains, il faut traiter toute la maison, demander conseil à votre vétérinaire.

Quelques zoonoses


Les plus fréquents :

les parasites (les puces, les poux, la gale) : souvent ramenés par un agent extérieur (le chien, le chat), c’est une transmission de contact. Lorsque vous prenez votre animal, les parasites en profitent pour venir sur vous.
Les champignons (candidat, teigne) : c’est un atteinte microscopique que l’on ne voit pas toujours de suite, souvent dû à une mauvaise hygiène de la cage. C’est aussi une transmission de contact et par voie aéroportée dû à des spores.
Les plus rares : Les agents responsables de ces maladies sont souvent d’origine bactérienne ou virale. Ce sont souvent des agents latents dans le corps de l’animal. Il a l’agent en lui mais n’est pas malade. On appelle ça les porteurs sains.
Le sodoku : c’est une infection due à une bactérie le spirillum minus. Il se transmet suite à une morsure. Cette maladie est très rare en France. L’évolution de la maladie est souvent favorable mais quelque fois longue à traiter. Elle se retrouve principalement chez le rat mais les autres rongeurs peuvent être porteurs aussi. C’est une transmission buccopharyngée, par la morsure, passage de la bactérie présent dans la salive dans la plaie.
La chorioméningite lymphocytaire : celle ci est dû à un virus. Elle se présente comme une grippe et disparaît en quelques jours. Elle est souvent asymptomatique,c’est à dire que l’on ne sait même pas qu’on l’a eu. Sauf quelque fois ou le virus s’en prend aux méninges et on fait une méningite. Pareil elle est extrêmement rare et il semblerait que ce soit la souris ou le hamster dorée et russe qui la transmettrait le plus fréquemment. C’est une transmission buccopharyngée aussi, par morsure, passage du virus présent dans la salive. Cette maladie est particulièrement gênante pour les femmes enceinte (risque de fausse couche).
Les salmonelloses : les germes responsables sont des entérobactéries de type salmonella. Elle s’attaque principalement au système digestif et contrairement aux autres la plupart du temps les animaux sont malades. C’est une pathologie virulente. Les signes sont des diarrhées importantes qui entraînent des risques de déshydratation chez le rongeur. Le cochon d’inde est le plus sensible, le rat et la souris ensuite et très rarement le hamster et la gerbille.

MAIS QUELQUE SOIT LE GERME RESPONSABLE DE LA DIARRHEE DE VOTRE RONGEUR, LES REGLES D’HYGIENE ET LES PRINCIPES DE PRECAUTIONS SONT A RESPECTER.

Cette fiche est une fiche information et doit être lue comme telle, rassurez vous, bon nombre d’entre vous ne seront jamais concerné par ces maladies. Il en existe d’autres mais ce n’est pas nécessaire de toutes les décrire.

Ce que vous devez retenir c’est l’importance du respect des règles d’hygiène et ne pas hésiter à utiliser les principes de précaution. Rappelez vous il faut mieux prévenir que guérir. N’achetez pas un rongeur dans une animalerie ou vous avez un doute sur l’hygiène ou sur l’état de santé des rongeurs présents. Et n’hésitez pas à demander conseil à votre vétérinaire et à consulter votre médecin traitant devant le moindre doute.

Leave a Reply

Your email address will not be published.