•  Publié le 03/11/2013 la voix du nord

    Par Mathilde Leleu – Photo Patrick Delecroix Ce dimanche, une trentaine de manifestants de Cause animale se sont rendus devant le chapiteau de la Grande Fête lilloise du cirque. Ils dénoncent, comme chaque année, le « mauvais traitement » des animaux et militent pour une interdiction pure et simple des cirques avec animaux sauvages

    Malgré la présence des membres de Cause animale, la Grande Fête lilloise du cirque faisait chapiteau comble, ce dimanche au Champ de Mars. Plus de 2 000 personnes se sont déplacées, tôt dans l’après-midi, pour admirer les performances des nombreux artistes réunis par Thierry Fééry. Mais, au milieu des éternels numéros de clowns et d’acrobates, ce sont surtout les ours, chevaux et autres artistes à poils qui ont reçu les faveurs du public et les énergiques applaudissements des plus jeunes.

    C’est également pour la centaine d’animaux qui composent le cirque qu’Anthony Blanchard s’est rendu à l’entrée du chapiteau, ce dimanche, accompagné d’une vingtaine de personnes, selon les dirigeants du cirque, d’une quarantaine selon lui. Le président de Cause animale milite pour une libération totale des animaux de cirque et l’interdiction de ce genre de spectacle sur le territoire français. « Ces animaux sont malheureux, on les force, on les oblige à faire le show. Franchement, un ours sur une mobylette, c’est pas un peu contre nature ? » Discours à l’opposé pour le producteur de l’événement. « Il n’y a rien de contre nature, car nous développons des capacités déjà existantes des animaux. On sait bien que les ours sont par nature de bons équilibristes. On ne leur demande de faire que ce qu’ils sont capables de faire. Et puis il y a une grande complicité entre les animaux et leur dresseur », estime Thierry Fééry.

    Anthony Blanchard met également en cause les conditions de vie des bêtes, que la direction des services vétérinaires (DSV) est censée contrôler. « Mais il n’y a que trois inspecteurs pour toute la région, ils n’ont pas le temps de tout contrôler », regrette-t-il.

    Une pétition visant l’interdiction, dans la métropole lilloise, des cirques avec animaux sauvages aurait déjà recueilli plus de 10 400 signatures. Elle devrait être remise à Martine Aubry sous peu.

Leave a Reply

Your email address will not be published.