L’association Cause animale Nord a perdu la partie contre la municipalité sainghinoise. Elle doit quitter le terrain qu’elle occupait depuis l’automne. Les porcs, boucs, poules, etc, qu’elles recueillent peuvent rester dans la pâture voisine. Mais ce serait dans de mauvaises conditions. L’association cherche donc un autre terrain en urgence, à louer ou à acheter.

Cela fait huit mois que l’association de défense des animaux a aménagé, dans un coin assez reculé du village, un refuge pour accueillir des animaux de ferme ou de basse cour menacés d’euthanasie. Mais au printemps, les relations se sont tendues avec la municipalité, car le refuge de Cause Animale Nord se trouve en partie sur un terrain appartenant à la commune. En fait, l’association le sous-loue, ce que la municipalité n’autorise pas. Le président de l’association a eu beau déclaré qu’il ignorait cet état de fait, la justice a donné raison à la commune, qui, le 3 juin, avait mis en demeure l’autre partie de quitter les lieux sous huitaine.

Lundi, le tribunal administratif a rejeté le référé-suspension qui aurait permis au refuge de rester ouvert plus longtemps. Et il somme CAN non seulement de quitter le terrain communal (dans un délai un peu plus long, de quinze jours), mais aussi de démonter les abris aménagés sur l’ensemble du refuge. Pour le terrain communal, l’association aurait dû déposer une demande de permis de construire, et pour l’autre parcelle, faire une déclaration préalable. « J’attends l’assignation, commente Anthony Blanchard, le président de l’association. Je suis un peu déçu car j’avais senti le juge du tribunal administratif sensible à notre cause. En tout cas, il n’est pas question pour l’instant de démonter les abris. Dans l’un d’eux, il y a une oie qui couve, on ne va pas la déranger ! ».

En principe, la trentaine d’animaux de ferme recueillis – et autant de poules – peuvent rester sur l’autre terrain, appartenant à un agriculteur du quartier. En effet, le bail qui lie ce dernier à l’association court jusqu’en octobre 2016. « Mais nos animaux seraient à l’étroit. Et surtout, ils ne peuvent pas rester là sans abris ! ». L’association cherche donc une solution de repli, si possible dans la commune, car les bénévoles qui viennent s’occuper des animaux tous les jours y habitent. Ou alors dans les proches environs, car depuis le début de l’année, l’association a passé un accord avec le nouvel Intermarché de Cysoing, qui lui fournit chaque jour 300 kg de nourriture invendables.

En fait, Cause animale Nord a une piste, mais rien n’est fait encore. Il s’agit d’un terrain à Templeuve, précisément de deux parcelles appartenant l’une à un privé l’autre à une société. « C’est le particulier qui est venu nous voir à Sainghin pour nous faire cette proposition, explique A. Blanchard. L’intention est louable, mais ce ne sont pas des terres agricoles, ce n’est pas idéal. Et puis, ce n’est pas très grand ». Le président lance donc un appel pour trouver une pâture d’environ un hectare.

Chers animaux…

Même si lundi, le tribunal administratif n’a pas condamné l’association à rembourser les 1 500 € de frais d’avocat dûs par la municipalité sainghinoise, l’association a besoin de dons (déductibles des impôts). Les frais de fonctionnement sont lourds, notamment pour nourrir les animaux. Les dons de matériaux (du grillage, notamment) sont également bienvenus.

Cause animale Nord, 52 bis, boulevard Carnot, à Lille. Anthony Blanchard : 06 88 19 86 96. www.cause-animale-nord.fr ; can@cause-animale-nord.fr.

Des pâtures pour les équidés près d’Orchies

Cause animale Nord loue déjà deux pâtures à Bouvignies, petit village à l’extrême sud de la CCPC (communauté de communes Pévèle-Carembault). Le propriétaire est un agriculteur qui tient aussi une pension pour chevaux. Depuis deux ans, l’association y amène des poneys, des chevaux ou des ânes en fin de vie, des équidés qui leur sont confiés suite à des signalements. Actuellement, une quinzaine de bêtes y paissent. Elles ont été plus nombreuses. Mais des chevaux ont été confiés à des familles d’accueil, pour limiter les frais.
Publié le 09/06/2015

Par Virginie Boulet
La voix du nord

Leave a Reply

Your email address will not be published.