Depuis octobre, l’association Cause animale Nord loue une pâture rue Pasteur, où elle s’occupe d’animaux de ferme ou de basse-cour promis à une mort certaine. Mais les rapports se sont dégradés avec le propriétaire, et surtout avec la municipalité, qui exige son départ. Une prise de becs qui fait causer

C’est grâce à un de ses adhérents originaire de la commune que l’association Cause animale Nord est arrivée à Sainghin. « Il m’a demandé si l’association pouvait louer la pâture en question pour accueillir quatre très vieux moutons, raconte Dominique Pollet, le propriétaire de la ferme-auberge de la Noyelle. Moi, j’ai vu ça d’un bon œil : grâce à ces bêtes, je n’allais plus être obligé de faucher trois fois par an ».

Un contrat de location a été signé, quand bien même M. Pollet ne demande qu’un euro par mois. Mais ce dernier explique qu’il a très vite déchanté. « I ls sont arrivés non pas avec quatre, mais six moutons. Je trouvais déjà que c’était limite pour ma pâture. Aujourd’hui, le nombre de bêtes a presque été multiplié par 10. Des poules, des cochons, des boucs, tous ensemble ! Mais si on revient à l’engagement du départ, purement verbal, je n’irai pas plus loin, même si je trouve qu’on on ne doit pas accueillir des animaux de ferme de cette façon ».

Président de l’association, Anthony Blanchard répond d’abord que le refuge de Nini, du nom d’une adhérente, est un accueil d’urgence. « Ce sont des animaux sauvés d’abattages, ou qu’on nous confie après un décès ou une expulsion. Certains arrivent, d’autres repartent, car ils ont été adoptés ». Surtout, Anthony Blanchard assure qu’aucun accord n’avait été pris avec M. Pollet sur un nombre maxixum d’animaux susceptibles d’être accueillis.

Mercredi dernier, le refuge a reçu la visite des Services vétérinaires. à la demande du maire. « Il se réveille cinq mois après notre arrivée. Alors que nous lui avons écrit au moins cinq lettres, qui sont toujours restées sans réponse ». Les Services vétérinaires n’auraient rien trouvé à redire, selon le président de Cause animale nord. Qui en est persuadé : la réaction de Jacques Ducrocq est en lien direct avec le fait que le 1er mars, l’association a manifesté bruyamment son opposition aux combats de coqs, lors d’un concours à Gondecourt. « Il y a dans le village et dans l’entourage du maire des coqueleux qui font pression ! », assure le militant lillois.

« Je n’ai rien à voir avec ça », s’emporte Jacques Ducrocq. Mais j’ai eu des retours de riverains qui se plaignent de nuisances ». Le maire reproche aussi à l’asso d’avoir construit des abris sans déclaration préalable. « Ils ne sont pas en terre, ce n’est pas nécessaire, rétorque A. Blanchard. « Et puis, une partie du refuge s’étend sur un terrain qui appartient à la mairie. ajoute Jacques Ducrocq. « Nous l’ignorions ! », répond le militant. La municipalité s’apprête à mettre en demeure l’association de quitter les lieux. Elle a un à deux mois pour le faire.

En bref

Une plainte pour diffamation

Le maire de Sainghin, Jacques Ducrocq, va déposer plainte contre Cause animale Nord à la suite d’un appel à pétition, lancé sur le sitemesopinions.com, dans lequel il s’estime mis en cause.

Un autre refuge en Pévèle

L’association, qui « s’oppose à toute atteinte à l’intégrité animale», loue déjà une pâture à Bouvignies, entre Orchies et Marchiennes, où elle accueille de vieux chevaux promis à l’abattoir.

La voix du nord 21/3/2015

Leave a Reply

Your email address will not be published.