Les associations de défense des animaux ont manifesté, ce lundi, devant le tribunal avec un message : « Justice pour Tommy », un chien retrouvé pendu et mutilé à Lillers. Un Lillérois était jugé pour cet acte de cruauté en envers un animal.

Une trentaine de membres de l’association Cause animale Nord (CAN) se sont regroupés devant le tribunal ce lundi, avec pancarte et banderoles pour demander « Justice pour Tommy ». « C’est un chien qu’on a pris en charge au décès de son propriétaire. Il devait être euthanasié, explique Antony Blanchard, le président. On l’a fait adopté par une famille à Burbure mais on a eu la surprise de la retrouver pendu, une oreille coupée et des coups de couteau dans les reins. » Le jack russel a été retrouvé à Hurionville le 6 novembre 2013.

« Pendu, une oreille coupée et des coups de couteau dans les reins »

Un Lillérois a rapidement été soupçonné, notamment après que « l’affaire a fait grand bruit sur les réseaux sociaux », comme l’a rappelé la présidente. Le chien de son amie a été reconnu et certains ont dit qu’il l’avait entendu expliquer que le chien n’était pas propre et qu’il voulait le tuer et lui couper l’oreille pour qu’on ne l’identifie pas. Mais K. D., 24 ans, nie : « Toute personne qui me connaît sait que je ne peux pas faire ça », clame celui qui dit avoir « recueilli des tonnes d’animaux. Les personnes qui m’accusent, comme par hasard, sont des personnes qui me détestent ».

Les associations de défense des animaux n’ont, elles, aucun doute. À commencer par CAN, représentée par Me F.-X. Brunet : « L’association s’est lancée dans une véritable enquête sur les réseaux sociaux. Énormément de personnes s’en sont émues, plus de 24 000 ont signé la pétition et elles sont encore nombreuses aujourd’hui ». L’avocat a demandé « une peine exemplaire », soulignant que le droit reconnaissait désormais « l’animal comme un être vivant doué de sensibilité et non plus comme une chose ». Il a aussi demandé 3 000 € de dommages et intérêts, sa consœur Me Faliva demandant, elle, 500 € pour les fondations 30 millions d’amis et Brigitte Bardot.

« Incapable de commettre un tel acte »

La procureur, dénonçant « un dossier et des photos épouvantables », est également convaincue de la culpabilité de K. D. qui a des souvenirs sélectifs des faits, après une soirée très alcoolisée. Qu’il l’ait fait « parce qu’il était trop alcoolisé ou par jeu, il n’assume pas ses actes ». Elle a requis quatre mois de prison avec 140 heures de travail d’intérêt général.

Défendant un jeune homme « incapable de commettre un tel acte », Me Huré a, lui, plaidé la relaxe. S’il regrette l’absence de son ex-compagne – qui devait adopter Tommy – dans ce dossier, il avance un argument : la réaction de son client quand les policiers lui ont montré les photos. « Sa première réaction ? Il pleure, les policiers l’ont acté… ».

Le délibéré sera rendu le 11 février, à 8 h 30.

 

Publié le 02/02/2015

PAR S. D.

La voix du Nord

Leave a Reply

Your email address will not be published.