Un petit groupe de militants s’est rendu ce jour devant le grand Palais de Lille avec des pancartes anti corrida et pour un statut juridique pour l’animal à l’occasion de la venue de mr VALLS à Lille et de la présence de madame AUBRY. De suite les forces de l’ordre sont intervenues et interdit notre présence. Les manifestants ont été parqué à plusieurs mètres de la, sous surveillance policière !
Interdiction de bouger avant le départ de VALLS, confiscation des pancartes.
VIVE LA FRANCE ET LA LIBERTE D’EXPRESSION
Fini la République, c’est la monarchie de VALLS et de ses sbires.

Dimanche dernier, les manifestants ont été également interdit de manifestation à Willems devant le cirque ZAVATTA, pour cela la gendarmerie de Willems et Douai avaient été mobilisées.

L’article 431-1 du Code pénal dispose que « le fait d’entraver, d’une manière concertée et à l’aide de menaces, l’exercice de la liberté d’expression, du travail, d’association, de réunion ou de manifestation est puni d’un an d’emprisonnement et de 15.000 euros d’amende.
Le fait d’entraver, d’une manière concertée et à l’aide de coups, violences, voies de fait, destructions ou dégradations au sens du présent code, l’exercice d’une des libertés vidées à l’alinéa précédent est puni de trois ans d’emprisonnement et de 45.000 euros d’amende »
Ainsi, le droit de manifester est un droit reconnu et encadré par le Code pénal.

L’article du décret-loi de 1935 dispose que «si l’autorité investie des pouvoirs de police estime que la manifestation projetée est de nature à troubler l’ordre public, elle l’interdit par un arrêt dûment motivé».
Pour prendre un arrêté d’interdiction, il faut donc réunir deux conditions :

•Un réel danger de troubles graves
•L’inexistence d’un autre moyen efficace pour maintenir l’ordre public

aubry 23

Leave a Reply

Your email address will not be published.